Gaudi rencontre Giger à l’ère de l’architecture imprimée

Grotto part 1 - test assembly

Époustouflant.

Je ne vois pas d’autre mot. Ils sont deux architectes suisses, et ils ont construit une pièce dans laquelle on peut entrer, sorte de grotte technogothique, avec des éléments réalisés par une imprimante 3D. Coup d’oeil sur un nouveau monde.

Leur style? Ils l’appellent le « grotesque numérique ». On se trouve donc devant une décor ornemental avant tout, destiné à explorer les possibilités de cette nouvelle façon d’envisager l’environnement bâti. Mais quelles possibilités!

En voyant cela, on pense bien sûr aux oeuvres de Gaudi, mais aussi à l’univers biomécanique troublant de l’artiste H.R. Giger. Qui, coïncidence ou pas, est Suisse lui aussi. Avec une architecture issue d’algorithmes, Hansmeyer et Dillenburger ont pour leur part construit leur grotte à l’aide de blocs au détail incroyablement précis. Il faut voir la vidéo pour le croire…

En regardant ces images, je n’ai pu m’empêcher d’avoir une pensée pour les sculpteurs des cathédrales gothiques: le travail, dans le fond, est très semblable… seuls les techniques ont changé! Autrefois, on travaillait en dégrossissant des blocs de pierre, transposant en trois dimensions des formes inscrites sur support 2D. Ici, on travaille plutôt par accumulation au moyen d’une « farine » de sable, de grains tellement petits que la précision est de l’ordre du dixième de millimètre. Renversement. Malgré tout, la photo suivante aurait presque pu être prise sur un chantier du XIIIe siècle.

Grotto assembly of elements

À voir absolument. Ces gars-là viennent d’ouvrir une nouvelle dimension.

 

 

Mots-clés ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *