Marche, coïncidence et mise en abîme

C’est le cas de le dire.

Hier, je révisais un texte lié à l’exposition à venir du Centre des sciences de Montréal sur la grotte de Lascaux. Il y était question de préhistoire, de ces peintures et gravures que nous ont laissées ceux qui nous ont précédé sur notre bonne vieille Terre, comme disait le capitaine Haddock. On en trouve bien des exemples au Québec, d’ailleurs. Mais il y avait aussi une ligne du temps où l’on notait l’apparition du bipédisme.

Ce qui fait de nous des humains.

Or, en marchant vers le bureau coopératif ECTO ce matin, j’écoutais une émission que j’aime bien, Ideas de la CBC, sur la question de la marche. J’ai dit que c’était ce qui fait de nous des humains… mais qu’arrive-t-il lorsqu’on le fait de moins en moins? C’est un peu la question qui se pose en filigrane. Mais l’émission ratisse large, et commence d’ailleurs avec l’apparition du bipédisme et notre fameuse ancêtre Lucy.

Une théorie que j’ai trouvée fascinante: comment le langage pourrait trouver l’une de ses origines dans le bipédisme. Comment? C’est que pour marcher sur deux pieds, le corps de nos ancêtres femelles a dû se transformer: réduction de l’espace disponible pour mettre les enfants au monde, donc enfants naissant moins développés. Ceux des singes, par exemple, peuvent dès la naissance s’agripper à leur mère. Comme les premiers enfants des hominidés ne pouvaient plus faire cela, les mères devaient les déposer à leurs côtés pour accomplir leurs tâches ou se reposer. Le bébé signale son inconfort; la mère apprend à le calmer, en partie par la parole. Un langage se développe.

Et j’écoutais aussi en marchant comment la marche est bonne pour nous, et comment elle a été utile à de nombreux artistes et penseurs, mais aussi des scientifiques, incluant ceux qui ont développé les théories acceptées sur… l’origine de notre capacité à marcher.

Je vous perds? Je me perds un peu moi aussi. Dans les méandres du temps. Enfin, pour ceux que le sujet intéresse, cette épisode de Ideas en vaut la peine. Quant à moi, malheureusement, me voici de retour dans ma chaise où je devrai passer plusieurs heures aujourd’hui. Ce qui n’est pas très bon, comme on me le répétait dans cette même émission. Les humains sont faits pour bouger!

Faisons donc quelques pas de plus, aujourd’hui… Puis lisons cet intéressant article d’un trésor méconnu, L’Encyclopédie de L’Agora, sur la marche.

Mots-clés ,

2 Réponses so far.

  1. À la lecture de ce billet, tu me fais beaucoup penser à celui que René Morin a écrit il y a quelque temps : http://www.laboiteamots.ca/tout-lmonde-debout/#.Uyj5lIUhHah

    Comme quoi ça fait du bien d’être debout… et de marcher! Heureux de te relire, Christian!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *