• Gaudi rencontre Giger à l’ère de l’architecture imprimée

    Époustouflant. Je ne vois pas d’autre mot. Ils sont deux architectes suisses, et ils ont construit une pièce dans laquelle on peut entrer, sorte de grotte technogothique, avec des éléments réalisés par une imprimante 3D. Coup d’oeil sur un nouveau monde. Leur style? Ils l’appellent le « grotesque numérique ». On se trouve donc devant une décor ornemental avant tout, destiné à explorer les possibilités de cette nouvelle façon d’envisager l’environnement bâti. Mais quelles possibilités! En voyant cela, on pense bien sûr aux oeuvres de Gaudi, mais aussi à l’univers biomécanique troublant de l’artiste H.R. Giger. Qui, coïncidence ou pas, est Suisse lui aussi. Avec une architecture issue d’algorithmes, Hansmeyer et Dillenburger…

  • La magie d’Andy Goldsworthy

    Connaissez-vous Andy Goldsworthy? Pour moi, ce nom évoque des paysages magiques dans lesquels on trouve des spirales colorées faites de feuilles ou de galets, des assemblages de branches se reflétant dans un plan d’eau calme, des murs de pierre aux parcours poétiques. C’est que le matériau de base de cet artiste, c’est la nature. Goldsworthy construit des installations temporaires avec les objets qu’il trouve sur place, dans la nature. Dans la forêt, il crée des serpents jaunes ou rouges en feuilles échappées par l’automne. À la surface d’un étang, il invente un réseau de feuilles longues et vertes, et remplit quelques-uns des espaces entre elles de baies rouges: le tout…

  • Un outil bien utilisé

    Je joue de la guitare, et je suis toujours ouvert aux découvertes dans le domaine. L’an dernier, il m’en est venu une grande : Tommy Emmanuel. Un Australien dont je n’avais jamais entendu parler, mais qui semble maintenant gagner beaucoup en popularité. Il joue à travers le monde, plusieurs soirs par semaine, et se distingue entre autres par son jeu à la fois très technique et mélodique, mais aussi par l’utilisation de la guitare comme instrument de percussion. L’été dernier, à la Place des Arts de Montréal, je suis tombé sous le charme. L’autre soir, j’ai revu Tommy à la télé : PBS lui consacrait une émission spéciale. J’ai retrouvé…