• Traduire pour qui ?

    Un ami m’a prêté récemment Essex County, une BD de Jeff Lemire. Je sais, je sais: quand ça fait plus de 48 pages et que c’est de format livre, il faut dire « roman graphique », maintenant. Mais bon, pour moi, ça reste de la BD. C’est un excellent livre. Une histoire touchante, centrée sur le destin des membres de la famille Lebeuf. (On croise aussi des Papineau, Chevalier, Quenneville, ce qui m’a surpris dans cette histoire qui se déroule en grande partie près de Windsor, en Ontario.) Le dessin est expressionniste, sombre, un noir et blanc où le noir prend beaucoup de place. Le livre, évidemment, est traduit en…

  • « This blog post is in French »

    L’autre jour, je cherchais un magazine en français sur la course. Je farfouille dans les étalages de mon marchand de journaux pour finalement trouver… Running Attitude, qui, comme son nom ne l’indique pas, est un magazine produit en France. Peu impressionné, je laisse le truc à sa place. (J’ai depuis découvert KMag, un excellent magazine québécois gratuit que l’on trouve dans les boutiques de course et de sport.) J’adore la langue anglaise. Elle est unique par sa concision, son pouvoir d’évocation, sa malléabilité qui en fait un outil fantastique pour décrire de nouvelles réalités ou faciliter son adoption. Sous la plume des grands écrivains, elle scintille de justesse, elle touche…

  • Un outil bien utilisé

    Je joue de la guitare, et je suis toujours ouvert aux découvertes dans le domaine. L’an dernier, il m’en est venu une grande : Tommy Emmanuel. Un Australien dont je n’avais jamais entendu parler, mais qui semble maintenant gagner beaucoup en popularité. Il joue à travers le monde, plusieurs soirs par semaine, et se distingue entre autres par son jeu à la fois très technique et mélodique, mais aussi par l’utilisation de la guitare comme instrument de percussion. L’été dernier, à la Place des Arts de Montréal, je suis tombé sous le charme. L’autre soir, j’ai revu Tommy à la télé : PBS lui consacrait une émission spéciale. J’ai retrouvé…

  • Un livre avec lequel on grandit

    Avez-vous un livre qui vous accompagne depuis longtemps ? J’ai acheté À la recherche du temps perdu chez un libraire d’occasion de la rue Mont-Royal en 1989. Toute l’oeuvre tient en trois gros volumes réunis dans un coffret en carton. J’ai dû commencer à lire Du côté de chez Swann peu après. Je l’avais déjà lu au cégep, quelques années auparavant. Je l’ai aussi relu en 1998, comme je l’ai noté à la première page de ce livre. J’ai noté plein d’autres choses aussi dans ces bouquins aux pages molles : des adresses d’endroits où je devais me rendre, des numéros de téléphone de gens que je devais appeler (de l’époque…